Musée de l'Ardoise

La grande Armure de Martelange déménage au Musée de l’Ardoise

Transfert et remontage de la Grande Armure de Martelange

Les Amis de l’Ardoise Haut-Martelange, gérants du Musée de l’Ardoise (GDL) ont su mettre en place un projet de conservation de la grande armure de Martelange (B) en organisant son transfert et son remontage dans l’ancienne scierie à dalles du Musée de l’Ardoise actuel. C’est un beau projet transfrontalier par lequel le Musée de l’Ardoise veut souligner sa vocation d’un centre d’interprétation transfrontalier de l’industrie ardoisière de la Grande Région de Martelange.

Financement du transfert

Le transfert fut financé par le Service des Sites et Monuments Nationaux luxembourgeois/ Ministère de la Culture luxembourgeois. En collaboration avec le propriétaire Guy Rollinger qui a fait don de cette machine exceptionnelle aux Amis de l’Ardoise asbl/ Musée de l’Ardoise, un projet a été mis en place en vue non seulement de démonter et de transférer l’armure au Musée de l’Ardoise mais aussi pour son remontage immédiat. Ensemble avec l’armure, d’autres machines ont été transportées et mises en place dans le musée, ceci avec l’aide financier de Guy Rollinger et des donateurs membres de l’asbl.

Les Amis de l’Ardoise asbl de leur côté ont investi l’équivalent des subventions en équipant l’ancienne scierie du Musée de l’Ardoise de façon à pouvoir accueillir les nouvelles machines et rendre possible le remontage de l’armure (agrandissement des accès, nouvelle dalle en béton, nettoyage …) et en investissant plus de 250 heures de travail bénévole dans la mise en place de l’infrastructure adéquate pour l’accueil de la nouvelle machine.

En effet, les différentes pièces de la machine étant très lourdes, il fallait rendre possible l’accès de la scierie du musée à des grues très performantes permettant le soulèvement et l’emplacement de poids lourds entre 2 à 5 tonnes.

L’armure, une machine à scier des blocs d’ardoise en plaques et dalles à épaisseur réglable

L’armure est une scie pour couper un bloc d’ardoise en plaques et dalles d’une certaine épaisseur. Le bloc d’ardoise fut fixé sur la base de la machine. Des lames en métal écartées suivant l’épaisseur désirée des plaques furent fixées à des bras qui faisaient un mouvement de va-et-vient permanent. En arrosant le bloc d’eau et en ajoutant comme abrasif du sable avec, par moments, une poignée de carbure, le schiste fut lentement débité en plaques en avançant de 3cm en une heure seulement.

Depuis les années 1970, cette armure ne fut plus en activité, remplacée par une machine plus performante, rapide et moderne équipée de lames en acier garnies de dents diamantées.

L’armure se compose à la base d’un wagonnet sur des rails qu’on pouvait sortir du bas de la machine afin de le charger du bloc d’ardoise à scier. Le corps de l’armure, composé de la table à laquelle sont fixées les lames pour scier, est soutenu par 4 colonnes à tige filetée intérieure pour monter ou descendre la table avec les lames sur le bloc d’ardoise. Un jeu de roues dentées avec embrayage sur l’armature en haut des colonnes à 4m de hauteur permettait ce mouvement de descente et de levée de la table. La table était non seulement soumise à ce mouvement de haut en bas mais aussi à un mouvement de va-et-vient perpétuel pour le sciage du bloc. Tous ces mouvements étaient actionnés par un moteur posé sur un bac à quelques mètres de distance de la machine. Le moteur faisait en effet tourner un volant d’inertie de 2,5 m de diamètre. L’axe de ce volant était relié à une bielle qui actionnait le mouvement de va-et-vient de la table alors qu’une deuxième, petite roue près du volant d’inertie était reliée par une courroie à une transmission en haut de la machine qui actionnait l’engrenage pour relever ou descendre la table sur le bloc d’ardoise.

En tout l’armure avec son volant d’inertie mesure 11 m de long pour une largeur de 2,50 m et une hauteur de 4 m. L’axe avec le volant d’inertie à lui seul pèse plus de 2 tonnes.

Le site où se trouvait l’armure : les anciennes ardoisières Donner (B)

Le site de la grande armure est propriété de la firme luxembourgeoise Groupe Guy Rollinger et se trouve sur le territoire belge de la Grande Région de Martelange. Ce site ne saura être conservé comme lieu d’exposition de la machine.

Anciennement connues sous le nom des Ardoisières Donner (B), l’extraction souterraine fut définitivement arrêtée après 1995. En effet la famille Donner avait exploité l’ardoise à Martelange sur le site de la route de Bastogne entre 1906 et 1973. Le site fut ensuite repris par INARBEL, une société qui alors exploitait aussi les ardoisières de Herbeumont et de Warmifontaine. Après dix années de location par Inarbel, un descendant de la famille Donner reprit l’ardoisière en 1983. En 1990 le site sera définitivement vendu au groupe Luxembourgeois Guy Rollinger qui va l’exploiter jusqu’en 1995. Depuis il n’y a plus d’activité extractive sur le site de l’ardoisière.

La scierie où l’armure sera définitivement sauvegardée

Le nouveau domicile de l’Armure se trouve dans l’ancienne scierie à dalles, l’ardoiserie du Musée de l’Ardoise Haut-Martelange. Haut-Martelange fut l’un des sites dont la famille Rother était les propriétaires et fut le cœur de l’industrie ardoisière du Grand-Duché. Jusqu’en 1986, année de fermeture de l’industrie ardoisière au Grand-Duché, la scierie fut encore en activité. Dans ses années d’apogée au début du 20e siècle, cette scierie comptait parmi les plus grandes de l’Europe. La firme de la famille Rother, Les Ardoisières de Haut-Martelange s.a., faisaient importer de la pierre d’ardoise de différents pays d’Europe spécialement destinée à la fabrication de différents produits. Ainsi une ardoise d’Italie fut importée pour en faire des tables de billards. Ensemble avec les seuils de fenêtre, les éviers en schiste, les moellons, les encadrements, plinthes, les dalles isolantes pour l’électricité, les croix de cimetière, etc, ce furent les produits typiques de la scierie à dalles. En 1983, le chiffre d’affaires des produits de l’ardoiserie représentait ¼ du chiffre d’affaires total des Ardoisières de Haut-Martelange s.a.

A Haut-Martelange se trouvaient trois armures, plusieurs scies circulaires, des raboteuses des polisseuses pour travailler l’ardoise. Lorsque la production fut arrêtée en 1986, toutes les machines de la scierie furent retirées et vendus sans faire attention à la dégradation du bâtiment ni au patrimoine exceptionnel détruit. Le toit s’affaissait en quelques années. Après que le site de Haut-Martelange passa en main publique en 1993, une des premières toitures refaites fut celle de la scierie. Les socles des trois armures avec le passage sous toit en bois ainsi que les canaux d’écoulement de l’eau, les 2 bacs des volants d’inertie et quelques socles des machines étaient tout ce qui restait de ce bâtiment grouillant d’activité quelques années auparavant.

En 2017, les Amis de l’Ardoise reçurent du propriétaire actuel des anciennes ardoisières d’Asselborn une scie circulaire et un bras de polisseuse qui en avril ont déjà trouvé leur place dans la scierie. Dorénavant une aile de la scierie sera destinée à l’exposition des anciennes machines et du patrimoine sauvegardé alors que l’aile droite pourra accueillir différents événements d’actualité du Musée de l’Ardoise.

Visitez-nous! Besuchen Sie uns! Visit us!

Les Amis de l'Ardoise A.s.b.l
Maison 3
L-8823 Haut-Martelange

Téléphone: (00352) 23 640 141

directions